Saigo Tsugumichi: Marquis et petit frère de Saigo Takamori

Saigo Tsugumichi: 

Saigo Tsugumichi

Saigo Tsugumichi est né en 1843. Il a le titre de Marquis (Kôshaku) au Japon. Tsugumichi est le petit frère de Saigo Takamori. Lors de la période du Bakumatsu, il a eu une carrière militaire éminent. Il a combattu dans beaucoup de bataille à travers le Japon. Par exemple, dans la bataille entre l’Angleterre et les Satsuma en 1863. Où encore la guerre de Boshin de 1868. Après la restauration de Meiji, on l’a nommé général de l’armée impériale.

Il a également dirigé les troupes militaires de Tokyo. En 1873, Tsugumichi et son frère, Takamori ont eu un violent désaccord sur l’invasion de la Corée. Takamori étant pour et Tsugumichi contre. Le résultat de cette dispute finira par Takamori qui quittera son poste au sein du gouvernement. Tsugumichi dirigera l’invasion de Taïwan (Formiosa à l’époque) en mai 1874. Il sécurisera un traité avec la dynastie Qing de Chine le mois suivant l’invasion de Taiwan.

Quelques événements: 

Saigo TsugumichiEn 1877, quand la rébellion Satsuma a éclaté, il voulait prendre les armes pour affronter son frère. Mais le gouvernement, lui à interdit. Il approvisionne l’armée impériale avec de la nourriture et des munitions de Tokyo pendant la rébellion, ce qui a contribué à la victoire impériale. Saigo deviendra le Premier ministre de la marine en 1885, puis amiral en 1894 lors de la guerre sino-japonaise. Tsugumichi sera amirale de la marine en 1898. De plus, il servira comme ministre de l’Intérieur en 1890 – 1891 et aussi comme ministre de l’armée.

C’est en 1902 à l’âge de 60 ans qu’il meurt. Une maison à dans le quartier Meguro de Tokyo qu’il avait acheté pour son frère, sera utilisé comme villa familiale secondaire jusqu’en 1900. Après cela, elle devient la résidence du chef de la famille à Tokyo jusqu’en 1941.

 

Jeunesse: 

Saigo TsugumichiSaigo est né à Shimokajiyacho à Kagoshima. Il est le fil du Samouraï Saigo Kichibe du domaine Satsuma. Son frère, Saigo Takamori est très connu aussi. Saigo change de nom plusieurs fois au cours de sa vie. En plus de ceux que l’on connaît déjà, parfois, on l’appelait Shingo. Après la restauration de Meiji, il est parti pour enregistrer son nom dans le registre du nouveau gouvernement. Son but était d’enregistrer son nom de naissance (Ryuko ou Ryudo) mais, le secrétaire à mal entendu son nom. Saigo a été enregistré sous le nom Judo. Cela ne lui posait pas vraiment de problème, donc il n’a jamais senti le besoin de le rechanger. Le nom Tsugumichi vient d’une autre manière de prononcer les caractères qui composent son nom.

À la suggestion de Arimura Shunsai, il devient le moine bouddhiste qui sert le thé pour le Daimyo Satsuma, Shimazu Nariakira. Plus tard, il revient à une vie plus laïque et devient l’un des fervents sympathisants d’Arimura. En tant que Samouraï Satsuma, il participe à la guerre Anglo-Satsuma. Il rejoindra aussi le mouvement qui vise à faire tomber le shogunat de Tokugawa. Il fut commandant de l’armée Satsuma lors de la bataille de Toba-Fushimi.

Sa vie à l’Armée: 

Saigo TsugumichiEn 1869, deux ans après l’installation du gouvernement Meïji, il part en Europe avec le général Yamagata Aritomo. Le but du voyage étant d’étudier l’organisation militaire européenne, leurs tactiques et leurs technologies. Lors de son retour au Japon, on le nomme Lieutenant général dans l’armée impériale. C’est à lui que l’on confie les commandes de l’expédition à Taïwan en 1874.

Après le rejet de l’invasion de la Corée par le débat du Seikanron, son frère, Saigo Takamori quitte son post en 1873. Beaucoup de membres du gouvernement venant de Satsuma, l’ont suivi. Cependant, Saigo Tsugumichi est resté loyal au gouvernement. Après la mort de son frère lors de la rébellion Satsuma, il devient le leader principal de Satsuma. En accord avec le système de pairie du Kazoku, il reçut le titre de compte.

 

Sa carrière au sein du gouvernemet Meiji: 

Saigo TsugumichiSaigo enchaînera une série de position importe dans le cabinet d’Ito Hirobumi, incluant le rôle de ministre de la marine en 1885, 1892 et 1902. En tant que ministre des affaires internes, il demande la peine de mort pour Tsuda Sanzo. Celui-ci est accusé dans le scandale d’Otsu de 1891. Le scandale étant la tentative d’assassinat du tsarévitch Nicolas Alexandrovitch de Russie lors d’une visite officielle au Japon. Il aurait également menacé Kojima Korekata.

En 1892, il est attitré au conseil privé comme un genro (désignation officieuse donnée à certains anciens hommes d’état japonais retirés, considérés comme les « pères fondateurs » du Japon moderne). La même année, il fondera un parti politique connu sous le nom de Kokumin Kyokai. Il est devenu amiral en 1894, en reconnaissance à son rôle de ministre de la marine. Son titre de pairie est élève à celui de marquis. La marine Impériale japonaise lui décerne le titre honorifique de Maréchal en 1898. Le rang est équivalent à celui d’amiral de la flotte ou grand-amiral.

Fin de vie: 

Saigo TsugumichiLa résidence principale de Saigo est enregistrée comme une propriété culturelle importante par le gouvernement japonais. Il est aujourd’hui le Meiji Mura. C’est un parc historique à l’extérieur d’Inuyama à la préfecture d’Aichi. Saigo possède des petites maisons à Yanagihara dans la préfecture de Shizuoka. C’est le premier Japonais à posséder un cheval de course. Enterré au cimetière Tama à Fuchy à Tokyo, il est mort en 1902.

 

 

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Facebook
Facebook
INSTAGRAM