L’histoire des 47 Rônins : plus qu’un film, une histoire vrai

Les 47 Rônins:

47 Rônins

“Un perfide seigneur de guerre ayant tué leur maître et banni leur tribu, 47 samouraïs errants jurent de se venger et de restaurer l’honneur de leurs compatriotes. Arrachés à leurs foyers et perdus aux quatre coins des terres connues, cette poignée de rebelles se voit contrainte de recourir à l’aide de Kai. (un demi sang qu’ils avaient jadis renié) lors de leur combat à travers un univers violent, peuplé de monstres mythologiques, de métamorphoses maléfiques et d’effroyables dangers. Cet exil sera l’occasion pour cet esclave rejeté de se révéler leur arme la plus redoutable. Et de devenir la figure héroïque qui donnera à cette troupe d’insoumis l’énergie de marquer à jamais l’éternité.”

Voici le résumer que vous pouvez lire sur Allociné pour la description du film. Cependant laissez-moi plutôt vous parler de l’histoire de ces fameux 47 samouraï, la vraie histoire. (mon avis du films dispo ici)

Chushingura:

47 RôninsLes 47 Rônins sont plus connues comme les Chushingura. Les historiens japonais appellent cette histoire une légende nationale. C’est l’une des histoires les plus célébrées dans l’histoire des samouraïs. Cette histoire en particulier, car elle se déroule au temps ou les samouraïs avaient des difficultés à maintenir un statu de guerrier sans guerre. Ils étaient une classe sociale sans fonction particulière.

On peut dire que l’histoire débute avec les enseignements de Yamaga Soko (1622 – 1685). c’était un théoricien influent qui avait écrit beaucoup d’oeuvres sur l’esprit des guerrier et ce que c’était d’être un samouraï. Ces écrits ont inspiré Oishi Kuranosuke Yoshio, un samouraï et domestique d’Asano Takumi No Kami Naganori (1667-1701). Le seigneur Asano fut choisi par le shogun Tokugawa Tsunaoshi pour être l’un des nombreux Daimyō chargé de recevoir les émissaires de la famille Impériale.

Ainsi pour l’aider, on lui envoya le Maitre le plus haut placé du Bakufu (gouvernement shogunal). Kira Kozukenosuke Yoshinaka (1641-1702), celui-ci devait lui apprendre l’étiquette. Kira voulait qu’Asano lui donne de l’argent pour le dérangement qu’il lui occasionnait. Mais Asano refusait, car c’était le devoir de Kira de lui apprendre ce que la cour impériale avait demandé. Avec le temps, les deux se détestèrent de plus en plus. Kira fit tout ce qui était en son pouvoir pour mettre son étudiant dans l’embarras. C’est enfin en avril 1701 que la situation à exploser dans le palais du Shogun. Kira insulta Asano de nouveau l’incitant à sortir son épée et l’attaquer. Kira ne fut que blessé lors de l’attaque, mais Asano fut immédiatement emprisonné.

Mis à Mort d’Asano:

En effet, attaquer un autre homme dans la colère était contre la loi. De plus le faire au palais du shogun était inimaginable. Asano ne fit pas beaucoup d’effort pour se défendre pendant l’interrogatoire à part qu’il n’avait rien envers le Shogun, mais qu’il regrettait seulement de ne pas avoir réussi à tuer Kira. Après l’investigation des généraux du Shogun, le Shogunat prononça une sentence de mise à mort pour Asano. On lui demanda de se suicider en s’ouvrant le ventre. Le shogun confisqua également ses biens à Ako et mis son frère, Daigaku sous résidence surveillée.

Lorsque la regrettable nouvel atteignis le château d’Asano, ses domestiques faisaient face à un tumulte et se disputer sur ce qu’ils doivent faire par la suite. Tandis que certains acceptèrent la situation et se dispersèrent dans le pays, un autre groupe s’engagea à protéger le château et à se battre avec le gouvernement. Un autre groupe décida de préparer une vengeance. Cependant, Kira s’y attendait et avait augmenté sa garde personnelle.

47 Rônins

Le plan des rônins étaient donc d’attirer leurs proies avec facilité, attendant patiemment le bon moment. À partir de ce moment, les rônins cachèrent un arsenal d’armes et d’armure avant de se disperser. Tandis que certains reprirent des jobs de domestiques d’autres agirent de sorte à faire croire qu’il avait perdu tout intérêt pour leur futur. Un des Samurai appelé Ôishi quitta sa femme et commença à fréquenter toutes les maisons ayant une mauvaise réputation. Il se promenait avec des prostitués et passer du temps dans des bars bourrés.

L’attaque:

Cette stratégie fit que Kira commença à avoir des doutes et pensa ne plus vraiment être en danger. En un an, il réduisit de nouveau sa garde et c’est à ce moment-là que les Rônins frappèrent. L’attaque se déroulera une nuit de décembre (14 décembre 1702 pour être précis) pour prendre toutes les personnes présentes dans la maison par surprise. Une fois dans la maison, ils se divisèrent en deux groupes pour attaquer. Un groupe qui entra par l’arrière de la maison alors que les autres entrèrent par-devant. Beaucoup d’hommes de Kira furent tué ou blessé et un seul des Rônins fut tué, mais cela ne suffit pas à les arrêter. Ils trouvèrent Kira et l’apportèrent à Ôishi qui lui offrit une chance de se suicider. Lorsque Kira ne répondit pas, Ôishi lui coupa la tête avec le même poignard qu’Asano a utilisé pour se suicider.

Mort des Rônins: 

La tête de Kira fut déposée dans un seau et apporté au Sengakuji où Asano était enterré. Après cela, ils se rendirent au tombeau d’Asano pour lui présenter la tête de Kira. Une fois, cela fait, ils se rendirent aux autorités. L’assassinat de Kira mit le gouvernement dans une situation très compliquée. En effet, les 46 Rônins survivant avait tout de même respecté les standards de loyauté des vrais samouraïs. De plus, la décision d’avoir forcé Asano à se suicider et la confiscation de son domaine sans punir Kira pour ses actions n’avaient pas été appréciés par le peuple. De plus, le Bakufu décida que la maintenance de l’ordre public devait être prioritaire.

47 RôninsC’est pourquoi pour un tel crime, les Samouraï ont dû commettre le Seppuku ordonné par le Shogun. Le Seppuku étant une auto éviscérassions (ouvrir son propre ventre). Ce verdict fut suggéré par un savant confucéen Ogyu Sorai (1666-1728). Les samouraïs étaient divisés en quatre groupes appartenant à quatre Daimyō différent. Cependant lorsqu’ils furent tous mort, on les enterra ensemble au Sengakuji. On raconte également, qu’un Samouraï (Satsuma) ayant craché sur Ôishi pour ses actes est venu au temple pour lui aussi commettre le seppuku. Il aurait fait cela, car il regrettait son geste envers Ôishi.

(image : Tombe des Rônins)

Différentes visions sur l’histoire :

La vengeance des 47 Ronins continua d’attirer les débats durant la période d’Edo. Yamamoto Tsunetomo (l’auteur du Hagakure) pensait qu’Ôishi et ses hommes ont commis l’erreur d’attendre aussi longtemps qu’ils l’ont fait. Effectivement, en attendant ils ont risqué que Kira ne meurt avant qu’il ne puisse le tuer. (il avait tout de même déjà plus de 60ans). S’il était mort avant, leurs actions auraient été en vain.

Le savant confucéen Sato Naotaka (1650-1719) quant à lui à critiquer les Rônins pour avoir décidé de se venger tout simplement. Pour lui, la décision du Shogun d’exécuter Asano aurait dû mettre un point final à tous les affrontements. De plus, Sato est d’accord avec Tsunetomo et pense que les Rônins auraient dû se suicider au Sengakuji après leurs vengeance. En acceptant d’être jugé, ils montrent avoir espéré une sentence plus légère et peut-être pouvoir continuer à vivre. Un objectif honteux étant donné l’ampleur de leurs crimes. Pourtant, Sato est plus sévère envers Kira, car lâcheté de celui-ci a causé la vie de beaucoup de monde.

Popularité des Rônins :

C’est lors de l’air Meiji, que la modernisation rapide du Japon forçant le peuple a retourné à leurs racines culturelles et leurs valeurs que l’histoire des 47 Rônins fut popularisé. Aujourd’hui, au Japon, les 47 Rônins et les samouraïs comme Musashi Miyamoto sont vus comme des “Héros culturel. On les honore lors des vacances traditionnelles, dans des pièces de théâtre, des films, des livres et des mangas.

Au Final, Ôishi et ses hommes sont devenus de vraie légende. Le Sengaguji est aujourd’hui un lieu populaire à Tokyo et un lieu de visite pour les admirateurs de ce qu’était la loyauté d’un Samouraï de l’époque d’Edo. Tous les ans, beaucoup de touristes se rendent au temple Sengakuji à Tokyo pour rendre hommage au 47 Rônins qui y repose.

Tous les ans, le festival Gishisai se déroulant le 14 décembre à Ako dans la préfecture de Hyogo honore la mémoire des 47 Rônins. Ce jour-là, les écoles et les commerces sont fermés et les rues sont décorées avec des bannières et des lanternes colorées.

Œuvres lié au 47 Rônins:

Livres:

 

Mangas:

 

Films:

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Facebook
Facebook
INSTAGRAM