L’Empereur Qin Shi Huang: Le Roi de la dynasties Qin !

Présentation du Personnage: 

Qin Shi Huang

Qin Shi Huang (littéralement le 1er empereur de Qin) né le 18 février 259 av-JC et mort le 10 septembre 210 av. JC. Il était le fondateur de la dynastie des Qin et le premier empereur de la Chine unifiée. Né sous le nom de Ying Zheng, un prince de l’état de Qin. À ces 13 ans il devint le roi Zheng de Qin puis à 38 ans le premier empereur de chine. Et ce, après la conquête de tous les autres état en guerre et unifia la Chine en 221 av. JC. Au lieu de garder son titre de Roi qui lui avait été donné par ces ancêtres, il a décidé de régner en tant que premier empereur de la dynastie Qin de 220 à 210 av. JC. Le titre d’empereur qu’il a inventé sera utilisé par plusieurs dirigeants après lui.

Pendant son règne, ses généraux agrandirent considérablement la taille de la Chine. Qin Shi Huang a aussi travaillé avec son ministre Li Si pour promulguer des réformes économiques et politique majeures visant a standardisé les diverses pratiques de tous les états de Chine. On dit qu’il a banni et brûlé beaucoup de livres ainsi qu’exécuter beaucoup de savants. Cependant, un examen poussé laisse penser planer le doute. Il régna jusqu’à sa mort en 210 av. JC après des recherches en vain pour un élixir d’immortalité.

Naissance et parents: 

D’après le “mémoires du Grand Historien ” écris par Sima Qian pendant la Dynastie Han, le premier empereur était le fils ainé du prince Yiren de Qin. Qui plutard devient le Roi Zhuangxiang de Qin. Le prince Yiren à cet époque vivait dans la court de Zhao. Il servait en tant qu’hôtage pour garantir l’armistice entre les états de Qin et de Zhao. Le prince Yiren tomba amoureux au premier regard avec la concubine de Lü Buwei, un riche marchand de l’état de Wey. Lü accepta que celle-ci deviennent la femme de Yiren, et fut connu sous le nom de Lady Zhao. 

Qin Shi HuangLady Zhai donna naissance à leur enfant le 18 février, on lui donna le nom de Zhao Zeng. Son nom vient de sa date de naissance Zhengyue et le premier mois du calendrier lunaire chinois. Le complot de Lü Buwei aidera plus tard Yiren à devenir le Roi Zhuangxiang de Qin en 250 av. JC. Cependant, les mémoires du Grand Historien” affirment que le premier empereur n’était pas en réalité le fils du prince Yiren, mais celui de Lü Buwei.

D’après ce récit, lorsque Lü Buwei présenta la jeune fille au prince, elle était sa concubine et déjà enceinte de son enfant. L’enfant fut né après une longue période de grossesse. Après la traduction des annales de Lü Buwei, Zhao Ji donna naissance au futur empereur dans la ville de Handan en 259 av. JC. L’idée que l’empereur était un enfant illégitime, très rependu dans l’histoire de la Chine a contribué à l’opinion généralement négative du premier Empereur. Néanmoins, un nombre de savants moderne ont des doutes sur l’histoire de sa naissance.

Qin Shi Huang en tant que Roi: 

Régence: 

En 246 av. JC, après la mort du roi King Zhuangxiang après un court règne de trois ans. À l’époque, Zhao Zheng était encore jeune alors Lü Buwei se comportait comme le premier ministre de l’état de Qin. Neuf ans plus tard, en 235 av. JC , Zhao Zhen eu les pleins pouvoirs après que Buwei fût bannis pour son implication dans le scandale avec la reine Dowager Zhao.

Le souverain Chang’an (Chengjiao) était le demi-frère légitime de Zhao Zheng. Ils avaient le même père, mais pas la même mère. Après que Zhao Zheng hérita du trône, Chenjiao se rebella à Tunliu et capitula à l’état de Zhao. Zhao Zheng tua les partisans ainsi que la famille restante de Chengjiao.

 La tentative de coup d’Etat de Lao Ai: 

Qin Shi HuangAlors que le roi Zheng devenait vieux, Lü Buwei s’inquiétait que le jeune roi découvre la liaison qu’il avait avec sa mère Lady Zhao. Il décida de mettre de la distance et de chercher un remplaçant pour la riche reine veuve. Il trouva un homme appelé Lao Ai. D’après le “mémoire du Grand Historien”, Ai Lao était déguiser comme un eunuque en se rasant la barbe. Plus tard, Lao et Lady Zhao s’entendaient tellement bien qu’ils eurent secrètement deux enfants ensemble. Lao Ai devint un marquis anobli et coula sous les richesses. Le plan de Lao Ai était de pouvoir remplacer le roi Zheng avec l’un de ses fils cachés. Mais durant un dîner, Lao Ai bourré se venta d’être le beau-père du jeune roi.

En 238 av. JC:

Le roi voyageait vers l’ancienne capitale de Yong. Lao Ai vola le sceau de la mère du roi et mobilisa une armée pour faire un coup d’État et se rebeller. Quand le roi Zheng apprit la nouvelle, il ordonna à Lü Buwei de laisser le souverain Changping et le souverain Changwen attaquer Lao Ai. Leur armée tua une centaine de rebelles dans la capitale même si Lao Ai réussis à s’enfuir. Un million de pièces de cuire était placé comme rançon pour celui qui ramènerait Lao Ai vivant. Un demi-million pour celui qui le ramènerait mort.

Les partisans de Lao Ai furent capturés et décapités. Lao fut attaché et déchiqueter par les chevaux en calèche pendant que toute sa famille étai exécuté au troisième degré (torture). Les deux fils cachés furent également tués alors que Lady Zhao a été placé dans une maison d’arrêt jusqu’à sa mort plusieurs années plus tard. Lü Buwei but un verre de vin empoisonné pour se suicider en 235 av. JC. Ying Zheng prit les pleins pouvoirs en tant que Roi que l’état de Qin. Li Si remplaça Buwei en tant que Premier ministre.

Tentative d’assassinat : 

1er tentative:

Qin Shi HuangLe roi Zheng et ces troupes continuèrent à prendre différents états. L’état de Yan était petit, faible et fréquemment attaquer par des soldats, il ne faisait pas le poids contre l’état de Qin. Le prince Dan de Yan fit une tentative d’assassinat pour se débarrasser du roi Zheng. Il supplia alors Jing ke d’aller en mission en 227 av. JC, celui-ci fut accompagné par Qin Wuyang dans le complot. Chacun d’eux devait offrir un cadeau au roi : la carte de Dukang et la tête tranchée de Fan Wuji.

Qin Wuyang, fut le premier à essayer de donner la carte comme cadeau, mais tremblant de peur, il ne put pas s’approcher plus près du Roi. Jing Ke continua d’avancer tout en expliquant que son ami n’avait jamais vu le Roi et que c’était pour cela qu’il tremblait. Il dut donner lui-même les cadeaux au Roi et lorsqu’il déplia la carte un poignard fur révélé. Le roi se leva et s’écarta, mais eu du mal à sortir son épée pour se défendre et à l’époque aucun officier n’avait le droit de porter une arme.

Jing Ke poursuivit le roi et tenta de le poignarder, mais le manqua. Zheng, le roi sorti son épée et trancha les cuisses de Jing Ke, celui-ci lança alors le poignard en direction du roi, mais le rata de nouveau. Souffrant de huit blessures de la part du roi, il se rendit compte qu’ils avaient échoué leurs missions et su qu’ils seraient tout deux tué plus tard. Les Qin conquérir les Yan cinq ans plus tard.

2e  tentative: 

En tant qu’ami très proche, Gao Jianli voulait venger la mort de Jing Ke. Étant un joueur de luth connu, un jour, il fut convoqué par le roi Zheng pour lui jouer de son instrument. Quelqu’un dans le palais qui le connaissait dans le passé s’écria : “c’est Gao Jianli”. Incapable de tuer un musicien aussi talentueux, l’empereur ordonna qu’on lui arrache les yeux. Mais le Roi l’autorisa à jouer en sa présence, il le complimenta et l’autorisa même à se rapprocher. Comme prévu, la luth était attachée à un morceau de plomb, ainsi, il souleva la luth et frappa le roi. Manquant son coup et sa tentative d’assassinat, il fut exécuté.

3e tentative:

En 230 av. JC l’état de Qin avait vaincu celle de Hann, mais un aristocrate appelé Zhang Liang jura qu’il se vengerait de l’empereur Qin. Il vendit tous ses objets de valeur et en 218 av. JC, il engagea un assassin costaud et lui fabriqua un cône en métal pesant environ 97kg. Les deux hommes se cachèrent dans les buissons près de la route de l’empereur au-dessus d’une montagne. À un signe, l’assassin lança le cône sur la première calèche et la brisa. Cependant, l’empereur était en fait dans la seconde calèche puisqu’il voyageait avec deux calèches identiques précisément pour éviter ce genre de choses. Par conséquent, cette tentative fut vaines, mais les deux hommes réussirent à s’enfuir malgré une grande chasse à l’homme après eux.

 L’unification de la chine: 

En 230 av. JC, le roi Zheng lança sa campagne finale contre les états en guerre, se préparant à conquérir un par un les royaumes indépendantes restantes. Le premier état à capituler fut Hann (Hann pour différencier Han de la dynastie Han). Zheng profita de la catastrophe naturelle de 229 av. JC pour envahir et conquérir Zhao où Qin Shi Huang fut né. Il se vengea du mauvais traitement qu’il y avait reçu en tant qu’otage enfant et chercha tous ses ennemis pour les tuer. Son armée conquerra l’état de Zhao en 228 av. JC, le pays nord de Yan en 226 av. JC, le petit état de Wei en 225av. JC et le plus grand, mais le plus difficile à prendre l’état de Chu en223 av. JC

En 222 av. JC:

Qin Shi HuangPour la première fois, toute la chine était unifié sous un seul et même leader. La même année, le roi Zheng s’auto proclama “Premier Empereur”et plus un Roi. L’empereur fit du Hi shi bi (disque de jade le plus célèbre de l’histoire de la Chine) le sceau impérial. La phrase ” Ayant reçue son mandat du ciel, que l’empereur mène une vie longue et prospère” fut écrite par le Premier ministre Li Si et graver dans le sceau par Sun Shou. Le sceau passa d’empereur à empereur pendant plusieurs générations. Dans le sud, l’expansion militaire sous forme de campagne contre les tribus Yue continua pendant son règne. Plusieurs régions furent annexées en partie ceux qui sont dans la province de Guangdong et une partie de ce qui est aujourd’hui le Viêtnam.

L’empereur de Qin :

 Les réformes administratives: 

Dans le but d’éviter le retour au chaos politique des période des Royaumes combattants (état en guerre entre eux), Qin Shi Huang et son Premier ministre Li Si ont complètement abolis la féodalité. L’empire est ensuite divisé en 36 commanderies puis plus tard en plus de 40. La Chine fut par conséquent divisé en plusieurs unités administratives dans l’ordre qui suit :

  1. les commanderies
  2. les départements
  3. les communes
  4. sous-district ou communautés

Ce système était différent des dynasties précédentes qui avaient perdu des alliances et des fédérations. Les habitants ne pouvaient plus être identifiés par leurs régions natals ou par le nom d’état féodal. Par exemple : on appelait une personne Chu, car elle venait de Chu. Les postes (emploi) furent par la suite basés sur le mérite plutôt que sur l’héritage.

 Les réformes économiques :

Qin Shi Huang et Li Si unifièrent la Chine de manière économique en standardisant l’unité de mesure chinoise telle que le poids et la mesure, la devise, et la longueur des axels des charrettes pour facilité le transport de marchandises sur les routes. L’empereur a également développé un grand réseau de routes et de canaux qui reliaient les provinces pour améliorer le commerce entre elles. Les différentes devises furent supprimées et une devise commune fut implantée (le Ban Liang). Le plus important fut l’unification des caractères chinois. Grâce à cela, on est passé de plusieurs caractères régionaux à une langue et un système de communication commune à toute la Chine.

Les travaux “publics” entrepris :

La muraille de Chine:Qin Shi Huang 

Qin combattu contre les tribus nomades vers le nord et le nord-ouest. La tribu Xiongnu ne fut pas vaincue, c’est pourquoi la campagne fut infructueuse et fatiguant. Pour empêcher les Xiongnu d’empiéter sur les frontières du nord plus longtemps, l’empereur ordonna la construction d’un grand mur défensif. Pour construire ce mur plus d’une centaine d’hommes furent mobilisé et un nombre inconnu d’entre eux sont morts pendant la construction. Ce mur est le précurseur de la grande muraille de Chine.

 Qin Shi HuangLe Canal de Lingqu: 

Il y avait une citation très populaire à l’époque qui disait : “Dans le nord, il y a la muraille et dans le sud le canal de Lingqu). En 214 av. JC l’empereur commença le projet de construction d’un grand canal pour transporter approvisionner l’armée. Le canal permettait des transports par bateau entre le nord et le sud de la Chine. Il faisait 34 km de long et relier la rivière de Xiang et celle de Li Jiang.

 Les deux plus grands court d’eau connecté grâce au canal ont aidé à l’expansion de Qin dans le sud-ouest. Cette construction est considérée comme l’un des trois plus grands exploits architectural de la Chine antique. Les deux autres étant la Grande muraille de Chine et le système d’irrigation Sichuan Dujiangyan.

À la recherche de l’éternité :

Plus tard, Qin Shi Huang eu peur de la mort et chercha désespérément le légendaire élixir de vie, qui devrait apparemment lui permettre de vivre pour l’éternité. Il était obsédé par l’immortalité qu’il fut une proie facile pour tous ceux qui lui offraient le supposé élixir. Il se rendit sur l’île de Zhifu trois fois pour atteindre l’immortalité.

Qin Shi HuangOn raconte qu’il a envoyé Xu Fu, un habitant de Zhifu, avec son bateau et une centaine d’hommes et de femmes à la recherche le mythique Mont Penglai. Ils avaient pour mission de trouver Anqi Sheng (sorcier immortel de 1000 ans) que Qin Shi Huang avait apparemment rencontré durant l’un de ses voyages et qui lui avait demandé de le retrouver. Xu Fu et les autres ne revinrent jamais, probablement parce qu’ils savaient que s’ils revenaient sans l’élixir, ils seraient exécutés.

Une légende raconte qu’ils auraient atteint le Japon et l’aurait colonisé. Il est également dit l’autodafé, ayant pour but d’éliminer la littérature inutile était en partie une tentative de concentrer les meilleurs savants de l’empereur sur la quête alchimique.

Quelques-uns des savants exécutés étaient ceux qui furent incapables d’offrir des évidences de leurs plans surnaturels. C’était probablement aussi un moyen de tester leur habilité : s’ils avaient des pouvoirs magiques, ils pourraient probablement ressusciter. Vu que l’empereur avait peur de la mort et des esprits malins, il a fait construire une série de tunnels et des ruelles jusqu’à chacun de ses palais. Il pensait que s’il voyageait sans être vu, cela le protégerait des esprits malins. 

 La fin de sa vie : 

En 211 av. JC, on raconte qu’un grand météore est tombé à Dongjun dans les cours inférieur du fleuve jaune. Quelqu’un écrivit “le 1er empereur va mourir et ses terres seront divisés” sur le météore. Lorsque l’empereur entendit parler de ça, il envoya le ministre impérial enquêter sur cette “prophétie”. Personne n’avoua l’acte donc toute la population qui vivait pas loin du météore fut mise à mort. Le météore fut ensuite brûlé puis pulvérisé.

L’empereur décéda lors de l’une de ses tournées de la chine de l’est le 10 septembre 210 av. JC au palais de la préfecture de Shaqiu à deux mois de route de la capitale Xianyang. On rapporte qu’il serait mort dû à un empoisonnement d’un élixir alchimique en avalant des cachets de mercure. Ces cachets avaient été fabriqués par les physiciens et alchimistes de la cour. Ironiquement, les comprimés devaient lui offrir l’immortalité.

Succession au trône :

Mensonge et cachotterie: 

Qin Shi HuangAprès la mort du 1er empereur, le Premier ministre Li Si qui était avec lui, fut très inquiet que la nouvelle de sa mort déclenche une révolte générale dans tout l’empire. Ils n’atteindraient la capitale que dans deux mois et il serait impossible de stopper la révolte. Il décide alors de cacher la mort de l’empereur et de retourner à Xianyang. La plupart de l’entourage impérial qui accompagnait l’empereur est resté dans l’ignorance de la mort de l’empereur. Seul le jeune fils du Eunuque Zhao Gao, Ying Huhai voyageant avec son père, Li Si (image à droite) et 5 ou 6 Eunuques privilégié avaient connaissance de la mort de l’empereur.

Li Si ordonna que deux charrettes contiennent du poisson pourri avant et après celui de l’Empereur. L’idée derrière cette démarche était d’empêcher les gens de remarquer l’odeur nauséabonde qui émanait de la charrette de l’empereur où son corps était en décomposition avancée due à la chaleur de l’été.

Ils avaient également abaissé les “abat-jour” pour qu’on ne puisse pas voir son visage, on changeait ses habits tous les jours, lui ramenait à manger et lorsqu’il devait avoir des conversations importantes, Li Si faisait comme si l’empereur préféré communiquer par messager. Finalement, après deux mois, Li Si et la cour impériale arrivent à Xianyang où la nouvelle de l’empereur fut annoncée. Qin Shi Huang n’ayant pas aimé parler de sa propre mort, il n’a écrit aucun testament. Après sa mort, son fils aîné (Fusu) devait reprendre la succession.

Succession: 

Li Si et l’Eunuque en chef Zhao Gao complotait pour tuer Fusu parce que celui-ci favorisé le général Meng Tian qu’ils n’aimaient pas. Ils avaient également peur du frère de Meng Tian (un ministre) qui avait déjà puni Zhao Gao. Ils pensaient que si Fusu était sacré empereur, ils perdraient leurs pouvoirs.

Alors, Li Si et Zhao Gao écrivirent une fausse lettre de la part de Qin Shi Huang dans laquelle ils demandèrent à Fusu et au général Meng de se suicider. Leurs plans fonctionnas et ce fut Hu Hai, le plus jeune fils qui devint le second empereur de la Chine. Il est aussi connu sous le nom de Qin Er Shi. Cependant, Qin Er Shi n’est pas aussi compétent que son père et des révoltes éclatèrent. Il régna pendant une période de trouble civil extrême et tout ce qui avait été construit par le 1er empereur se fragmenta en très peu de temps.

  

Please follow and like us:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Facebook
Facebook
INSTAGRAM